Les cours sont donnés par le petit confucianiste Xinming

Ma photo
Les cours sont donnés par le petit confucianiste Xinming. Originaire du Yunnan, Chine, doctorat de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), le petit confucianiste Xinming prétendait qu'il était le successeur du confucianisme pratique, et pour cette confession il avait écrit les Livres de Datong en chinois, comme un essai de confiance. À Paris, pour déchiffrer "Zhou Yi", lequel est dit être le plus difficile livre, il communiquait spirituellement souvent avec Confucius, en obtenant un succès le plus fier de lui-même. Avec les connaissances de Yi-Jing, il comprend par cœur la signification du but confucianiste établi par les anciens Saints confucéens : montrer le cœur de l’Univers, donner la vie saine aux hommes de la Terre, et succéder au savoir unique, chercher la Paix éternelle. Alors il jure sincèrement au ciel qu'il pratique ce but jusqu'à mort.

lundi 30 juillet 2012

Conte III : Le cosmos moderne n’est qu’une hypothèse un peu trop simple

    Le raisonnement du petit confucianiste irrita vraiment la grande personne. Elle se dit en y réfléchissant bien:
    «En sautant une bonne fois de la maison au cosmos, ce petit bonhomme va très loin ! Mais j’en suis sûr, ce n’est qu’une sorte de légèreté théorique ou bien, une sorte de sophisme. Alors, ça me fait dire que la théorie confucianiste n’est certainement pas une dialectique rationnelle. »
    Selon la logique de la grande personne, de la maison à l’Univers, il y a toujours des étapes intermédiaires à franchir. Et pour elle, il est inacceptable de traiter le sujet sans emprunter aucune médiation.
    Heureusement, la grande personne était érudite par rapport à l’idée du petit confucianiste qui lui parût outrancière. Alors, avec la volonté de lui faire respecter son érudition, elle décida de donner une grande leçon à ce petit bonhomme embêtant.
    Elle lui dit en souriant:
    «Puisque vous aimez bien vous cogner la tête contre l’Univers en ouvrant les yeux, je vous offre cette tapisserie brodée du dessin du modèle cosmologique le plus moderne. Et si vous l’accrochez sur le mur de votre chambre, votre rêve se réalisera.»
    La grande personne sortit une tapisserie très jolie.
    «Merci infiniment, monsieur,» dit poliment le petit confucianiste. Il aimait bien ce cadeau, parce qu’il était très élégant, comme le dit le public quand on le voit plus tard dans un musée.

    Devant la tapisserie qui représentait un graphique cosmique moderne, la grande personne commença sa conférence :
    «Notre Univers est composé de corps célestes innombrables. Toutes ces petites taches de feu parsemées sur la tapisserie, qu’on appelle les Étoiles, sont en réalité des corps célestes gigantesques. En général, les astronomes classiques préfèrent les classer dans deux catégories différentes : les étoiles fixes et les étoiles errantes. Cela aide les hommes à imaginer notre Univers. »
    Elle fit une pause, puis :
    « Alors, les étoiles fixes sont en effet tous les astres qui brillent de leurs propres éclats, comme notre Soleil. Et remarquablement, ce genre d'étoiles joue surtout un rôle de centre dans l’espace cosmique. Et bien, autour de ce centre, il y a encore des étoiles errantes, appelées aussi planètes, qui n'émettent plus de lumières. C’est le cas de notre Terre qui tourne toujours autour du Soleil, son maître.
    « Bien sûr, les planètes restent également en rotation sur elles-mêmes. Et parfois, elles possèdent aussi leurs propres astres errants que l'on appelle les satellites, qui pivotent aussi de la même façon que les planètes en entourant leur propre centre. La belle lune est la plus brillante des satellites dans le ciel nocturne.
    « Enfin, on arrive à la construction la plus importante dans notre Univers : le système solaire, qui se compose dans l’ensemble d'un centre qui est une étoile fixe, avec ses planètes et satellites, ainsi que de nombreux satellites rocheux, appelés astéroïdes ou comètes.
    « Ensuite, ces fameux systèmes solaires sont organisés dans une galaxie. Donc, la Galaxie est un corps céleste gigantesque formé de centaines de millions d’étoiles avec des gaz et des poussières interstellaires, qui tournent également autour d’un centre commun. Une galaxie n'est généralement pas isolées dans l’espace mais fait partie d’un groupe. Par exemple, la Voie Lactée faite partie d’un groupe d’environ vingt galaxies. Ces groupes forment ensuite des amas, superamas, voire hyper amas de galaxies. Ils constituent tous une très grande structure cosmique.
    « Pour que vous puissiez bien imaginer notre Univers, si vous voulez, je peux vous donner une idée simple sur sa structure. Notre Univers se présente en relâchant dans son ensemble des formes de système solaire de plus en plus grandes : celles-ci font partie d’une galaxie, qui fait partie d’un amas galactique, qui lui-même fait partie d’un superamas. Vous voyez, c’est ainsi que notre Univers est constitué par de formidables systèmes de corps célestes en grands nombres, de superamas et hyper amas de galaxies.»
    La grande personne fit majestueusement une pause, puis reprit :     «Et bien, pour l’instant, notre Univers finit là.»
    Elle termina son discours avec un très joli geste. Et elle était très fière que le petit confucianiste ait constaté qu’elle pouvait résumer aisément le modèle cosmologique moderne pour tout le monde.

    «Mince ! C’est vraiment comme une machine, votre Univers !
    - Si vous voulez, comme une horloge, répondit modestement la grande personne.
    - C’est fastueux, cette machine dans laquelle même notre Terre n’est qu’un petit point matériel presque invisible, n’est-ce pas? » demanda le petit confucianiste qui était en train de chercher la planète Terre sur la tapisserie.
    - Oui, la Terre est trop petite et est mélangée dans le sombre cosmique.
    - Il est franchement joli sur le tapis, votre Univers avec beaucoup de couleurs ! admira le petit confucianiste, qui ne put contenir son émerveillement devant le mur.
    - N’est-ce pas ! En plus, vous voyez ces photos, elles sont vraiment magnifiques.»
    La grande personne lui montra beaucoup de photos, d’illustrations et de livres avec une très grande distinction.
    Le petit confucianiste les considéra soigneusement et lui posa soudain un jugement sur le fruit d’un problème longtemps médité en silence :
    «Toutes ces photos n’ont rien à voir avec votre machine !
    - Ah bon ?
    - A mon avis, il ne faut pas que l'Univers soit aussi simple qu'une horloge. Il faut y'avoir des systèmes plus compliqués, comme celui des poissons, des lions, des vierges, des chevaux, des arbres, à l'échelle de galaxies, d'amas. C'est à dire que toutes les choses qui existent sur la Terre devraient exister dans l'Univers, mais organisées par des étoiles; Et des choses qui n'existent même pas sur la Terre, comme des dieux, des diables, des fées, devraient également exister dans l'Univers, plus grandes que des galaxies, que des superamas, même plus grandes que des hypers amas de galaxies. Et notre système solaire pourraient être un atome d'un certain dieu.
    - C'est intéressant, mon petit bonhomme, mais tout ce que vous dites, ce sont des mythes, et non de la science!
    - Je ne vois pas de grande différence entre eux. Par exemple, tout ce que vous avez décrit tout à l'heure, le modèle cosmologique pareil à une horloge, ce n’est qu’une hypothèse scientifique, n'est-ce pas?
    - Bien sûr que c’est une hypothèse, mon petit, répondit la grande personne. En cosmologie, toutes les théories scientifiques sont basées sur des hypothèses. C’est parce que l’Univers est trop grand et trop compliqué, dépassant largement la vue des télescopes. dans ce cas, on doit faire des hypothèses. Sinon, les scientifiques ne pourraient plus représenter leurs idées sur un panorama.
    - Vous avez peut-être raison. Mais il y a quelque chose qui ne va pas dans cette méthode.
    - Quoi donc ?
    - Vous voyez, si notre Univers était une hypothèse, nous tous, les êtres humains, deviendrions également une hypothèse,» dit le petit confucianiste.
    Craignant que son idée ne soit pas claire, il expliqua ensuite:
    «C’est simple. Notre Univers est notre environnement, dans lequel nous vivons comme dans notre grande maison. Et irrévocablement, il n’existe que des objets fabuleux dans un environnement hypothétique. Voyons, si notre maison était une hypothèse, c’est sûr qu’à l’intérieur, nous serions aussi un être de fiction. »
    Et un peu plus tard il ajouta :
    « Mais, je ne trouve pas que je suis une fiction. Et en tout cas, ma vie est réelle, je ne veux pas vivre dans l’imagination, même s'il y a beaucoup de gens qui jurent que ces hypothèses scientifiques sont magnifiques.
    - Moi non plus… murmura la grande personne. C’est vrai qu’il ne faut pas que l’Univers soit une hypothèse … »
    Elle examina gravement le dessin du cosmos scientifique sur la tapisserie : des tas de cercles, grands et petits, les uns sur les autres.
    Elle se dit: “Qu’est-ce que c’est, si ce n’est pas une hypothèse ? Comment prouver qu'il n’est pas une hypothèse ? Une mission impossible ! ”

    Elle se sentait un peu perdue…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire